La commune de Mazières en Gâtine

logo de la commune de mazieres en gatine

La commune de Mazières en Gâtine se trouve située dans la région Poitou-Charentes, au centre des Deux-Sèvres dans l'arrondissement de Parthenay. Mazières est chef-lieu d’un canton rural de 7000 habitants dont le périmètre est identique à celui de la Communauté de Communes du Pays Sud Gâtine. Elle est rattachée à la circonscription législative de Niort.
Avec ses 1000 habitants et 19,06 km2 ce n'est pas une très grosse commune. Sa forme de huit resserré au centre, là où se trouve le bourg, lui donne une configuration particulière puisque 3 des communes limitrophes se trouvent respectivement à 50 m de l'église pour Saint-Pardoux, 100 m pour Saint-Marc la Lande et 500 m pour Verruyes. De ce fait, une partie des habitants du bourg ne se trouve pas sur la commune !

Géographie

La vallée de l'Egray à Mazières en GâtineLa commune de Mazières est située à l'extrême sud du Massif Armoricain dans la Gâtine Poitevine. Elle présente un paysage de bocage avec ses vallées et ses haies. La Gâtine est appelée le château d'eau du Poitou et Mazières correspond bien à cette image. Située sur la ligne de partage des eaux de la Sèvre Niortaise au sud et du Thouet au nord, la commune possède de nombreuses sources alimentant ruisseaux et étang jusque dans le bourg.

Son sous-sol intéresse beaucoup les géologues … et les carriers : La région de Mazières-en-Gâtine se place dans la zone où le socle granitique et métamorphique du Massif armoricain disparaît sous la couverture sédimentaire du seuil du Poitou. Contrairement à d'autres coins de Gâtine, le granit est peu présent. Mais on y trouve une pierre bleue, très dure, appelée diorite et exploitée pour la réalisation des routes et autres ballasts ferroviaires.

La campagne maziéroise prise par le givre

 

 

 

 

Histoire

On découvre Mazières dans l'histoire par un texte du cartulaire de l'abbaye de Saint-Maixent daté entre 1040 et 1060. Dans ce document, Mazières est appelé Macérias, ce qui veut dire ruine en latin.
On retrouve Mazières en 1093, toujours dans le même cartulaire, et la notion de village prend forme puisqu'il y est question de son église (plus exactement du fief presbytéral) qui est donnée à l'abbaye de Saint-Maixent.
 
église de MazièresA la même époque, un autre lieu situé dans le sud de commune semble plus important : Ternant, avec son castrum et son prieuré. Mais en 1111, une bataille opposant le comte de Poitou au seigneur de Parthenay et son allié le sire de Lusignan détruira Ternant.
Il s'en suit un "blanc" de plus de 3 siècles dans l'histoire de Mazières.

Cependant, il reste une interrogation sur le nom de Mazières dont l'origine est "ruine". Qui dit ruine, dit un habitat détruit ! Des historiens des siècles précédents ont mentionné une présence antique à Mazières. Certains ont même parlé "d'une présence gallo-romaine maintes fois révélée sur la paroisse de Mazières". Il passe d'ailleurs au-dessus du bourg une voie gallo-romaine appelée chemin des Chaussées qui reliait Périgueux à Nantes via Rom (Rauranum). Mais aujourd'hui les vestiges antiques sont très rares à Mazières. Il faut se déplacer à côté de Ternant où l'archéologie aérienne a révélé la présence d'un théâtre gallo-romain.
 

photo LM Champême d'un théatre gallo-romainMais notre connaissance de Mazières débute véritablement au 15ème siècle au travers l'histoire de quelques seigneuries. L'Oucherie tout d'abord dont le logis 15ème siècle aujourd'hui fort délabré dresse encore une grosse tour. Puis le Petit Chêne et la famille des Viault du Breuillac qui va acquérir la propriété au 16ème siècle et progressivement presque toute la paroisse.
A la révolution, Mazières se trouve en bordure de la Vendée militaire, mais sera relativement épargnée : Monsieur du Breuillac émigre, laissant seules sa femme et ses filles qui seront emprisonnées quelques temps à Niort. Mais le château ne subira aucune destruction. A Mazières, le curé Cavaroc sera assassiné en 1794 par des "brigands vendéens" qui essaieront également de mettre le feu à l'église.
A cette époque, le plan de Trudaine et le cadastre napoléonien montre un bourg très restreint. Il faut attendre la seconde moitié du 19ème siècle pour le voir se développer sous l'impulsion de son maire M. Pouzet.

De 1850 à 1854 c'est la rénovation de l'église, en 1854 - 1856 la construction de la première école et en 1861 l'entrée en fonction de la Mairie, Justice de Paix et halles couvertes.
 
Mairie et poste de MazièresDans le même temps, le comte de Tusseau – châtelain du Petit Chêne - installa en 1849, la première ferme école du département des Deux-Sèvres. Dès la première année, 17 élèves de 16 à 18 ans y sont accueillis. L'enseignement pratique de qualité qui y est distribué contribue au progrès de l'agriculture en Gâtine. L'établissement fermera en 1864.
Après cette première phase de développement, les travaux reprennent avec le gendre de M. Pouzet, Eugène Proust qui devenu maire fait construire une nouvelle école : l'école des garçons, en 1882.
 
Récréation dans la cour de l'école de garçons en 1900

Puis en 1886 c'est l'ouverture de l'école du hameau de l'Angevinière.
Entre temps, le train est arrivé à Mazières : En 1879, on construit la gare dite de Mazières-Verruyes sur la ligne de Niort à Montreuil Bellay, qui deviendra plus tard la ligne Paris-Bordeaux. La ligne est mise en service en 1882. Cette gare conduira à la construction d'une nouvelle route et de 2 nouveaux hameaux proches du bourg.
En 1895 Eugène Proust crée la laiterie coopérative de Mazières. Située juste à côté, elle profitait de la présence de la gare pour l'expédition des produits laitiers, et de "l'avenue de la gare" pour le transport du lait. Cette laiterie fonctionnera jusqu'en 1993.
En 1897 le Conseil municipal décide la restauration des Halles, de la Mairie et de la Justice de Paix.
La première guerre mondiale saignera la commune de Mazières, comme toute les communes de France : 46 noms se trouvent sur le monument aux morts érigés en 1922.


Fête de la libération sur la place. Pendant la seconde guerre mondiale, Mazières accueillit des réfugiés ardennais. Pendant l'occupation, une annexe de la Kommandantur de Parthenay existait à Mazières et le château de la Ménardière avait été réquisitionné par les troupes allemandes. Le 6 septembre 1944, les allemands ont quitté la Gâtine. Mazières fête sa "libération" le 24 septembre.
 

Après la guerre, Mazières va poursuivre son développement, mais ce sera par la croissance du transport routier, avec la transformation de la N743 qui la traverse en 3 voies en 1974. Celle-ci deviendra ensuite un CD743, mais verra le flux de véhicules augmenter dans des proportions considérables.
La carrière Moreau ouverte en 1933 va beaucoup se développer dans les années 1970-80. En 1979, elle est même reliée au réseau ferroviaire.
En 1965, Mazières se voit dotée d'un collège, puis en 1974 une gendarmerie neuve ouvre ses portes.
En 1976, la mairie se déplace dans l'ancien presbytère rénové ; en 1980 une salle des fêtes y est accolée.
En 1981 c'est une salle omnisports qui est construite, puis le groupe scolaire qui est rénové avec la construction d'une véritable école maternelle qui voit le jour en 1993.
Ouverture de la déviationMais le flux de véhicules qui traverse Mazières continue de croître, atteignant jusqu'à 10000 véhicules/jour et contraignant énormément la vie des Mazièrois. Heureusement, en 2008, une déviation est mise en service.

Une nouvelle histoire de Mazières commence !